Nos actus

L’insertion professionnelle : l’importance de voir au delà du handicap

Je ne sais pas vous mais j’ai remarqué que depuis un certain temps, on parle beaucoup plus du handicap en Polynésie.

Sport, structures adaptées, scolarité, formation, insertion professionnelle…. Le handicap est maintenant plus mis en avant, dans l’actualité.

Effet de mode ou réelle volonté de faire avancer les choses, seul le temps nous le dira mais force est de constater que nous manquons encore d’actions concrètes et visibles.

 Au milieu de cette actualité fleurissante et des informations que vous me partagez (merci ),  aujourd’hui  je partage avec vous mon avis au sujet de l’insertion professionnelle.

L’insertion professionnelle, un sujet important car même les personnes porteuses de handicap ont le besoin de…travailler pour vivre !  (oui je sais pas de grande nouvelle mais quelques fois il vaut la peine de la rappeler 🙂 ). 

Dans ce domaine, là encore  les textes de lois existent =>voir ici.

Et le 28 septembre dernier, Tahiti Infos publié un article sur les « Travailleurs handicapés : l’APRP plus nécessaire que jamais »

L’article montre le rôle important de l’Atelier Pour la Réinsertion Professionnelle (APRP), pour l’entrée sur le marché du travail et résume la loi en vigueur, qui est : » les employeurs de 25 salariés et + sont tenus d’employer des travailleurs handicapés dans la proportion de 2 % de l’effectif total de ses salariés. Dans le cas contraire, ils devront s’acquitter d’une taxe définie ».

Si cette loi est positive peut être un avantage, je pense néanmoins qu’elle ne doit pas être la raison principale motivant l’embauche.

Comme toute personne, l’embauche devrait d’abord se baser sur les compétences et la motivation puis si cela correspond au besoin de l’employeur, l’handicap et ses spécificités doit être pris en compte.

Cette lois deviendrait  moins une obligation et plus une incitation à l’embauche.

Car soyons réalistes, obliger pour obliger n’a jamais vraiment poussé  à l’action (et ceux dans tous les domaines).

D’ailleurs, je ne pense pas m’avancer trop si je dis qu’aujourd’hui les entreprises du pays sont loin de respecter cette fameuse loi. Pourquoi ça? Car ils ont une « porte de sortie », si ils ne respectent pas la loi, ils payent c’est la solution facile.

Aussi, il faut dire les choses, pour un employeur avoir un travailleur handicapé peut faire « peur ». Je m’explique, en fonction du handicap (plus ou moins lourd), le poste de travail, la structure devra être adaptée. Dans ce cas là, l’employeur peut se dire « ah non c’est trop compliqué » et voilà, tout est stoppé net.

Pour cela, l’APRP et les dispositifs spéciaux (comme le Stage pour Travailleurs Handicapés du SEFI) sont de bons dispositifs car ils encouragent et accompagnent l’insertion, pour montrer à l’employeur que c’est possible :).

Cependant, pour le STH, on m’a partagé un témoignage soulignant la difficulté voir l’impossibilité de se former au poste occupé (peut être quelques ajustements à faire en pratique ?).

Mais alors que faire pour améliorer l’insertion professionnel des travailleurs handicapés?

Enfin, sachez que, et là je parle pour moi (mais aussi peut-être pour d’autres), notre but et d’avoir un travail pour vivre.

Dans la plupart des cas, nous sommes que très conscients de nos limites dût à notre handicap.

Nous n’allons pas nous engagés dans quelque chose que nous ne pouvons faire, donc n’hésitez pas à faire la différence et à embaucher ! 😉 

#VSHPF Rowena